Christophe Alzetto, artiste plasticien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 octobre 2012

Ce qui s'abime ou pas

samedi 13 octobre 2012

Discontinues

Malgré tout

dimanche 7 octobre 2012

Fil de la nuit

(Prises de vue : Clément Durand)

samedi 15 septembre 2012

Trouver un chemin

lundi 30 juillet 2012

Ce qui se détend ou pas

(Prises de vue : Magali Catherine)

vendredi 20 juillet 2012

Art & Events, juillet 2012

lundi 16 juillet 2012

Emergences - Visages, 7 juillet 2012, Paris Quincampoix

vendredi 6 juillet 2012

Emergences - Visages

Emergences – visages

Exposition en soirée unique le 7 juillet 2012 de 19h à 00h

40 Rue Quincampoix, Paris 4e


Mes visages semblent souvent sortir du chaos, plus que s'y dissoudre d'ailleurs.

Ce qui me fascine entre autres, c'est la façon dont l'esprit crée sa représentation du visage. Il extirpe péremptoirement certains éléments plutôt que d'autres et le résultat est forcément fantasmatique. D'où l'idée que la représentation du visage est quelque chose qui se joue bien au delà du réalisme photographique ou même de la vraisemblance morphologique. Le visage de l'autre est toujours et seulement rêvé. Il émerge d'un chaos de formes et de sens et dépend de l'histoire intime du regardeur.

En outre, l'émergence est aussi un terme scientifique relatif aux systèmes dans lesquels s'opère un aller-retour entre le global et le détail. Il permet de désigner l'apparition de nouvelles caractéristiques à un certain degré de complexité, et implique que l'ensemble fait plus que la somme de ses parties, que l'ensemble se comporte selon des processus que ne nous révèlent pas ses parties. C'est exactement ce que je travaille en tant que plasticien : notre réalité, nécessairement inventée, sublime ses matériaux de construction. C'est un pur langage de l'imaginaire.

jeudi 5 juillet 2012

La Marne du 4 juillet 2012

Alzetto





















Article paru dans le Journal La Marne

4 juillet 2012

mercredi 4 juillet 2012

Visages 01-2012, étapes

Christophe Alzetto Christophe Alzetto Christophe Alzetto

samedi 30 juin 2012

Visages 01-2012, étape

jeudi 28 juin 2012

Visages 04-2008, étape

lundi 25 juin 2012

Voyages improbables

mercredi 20 juin 2012

Septembre 2009

vendredi 4 mai 2012

Ce qui reste

Christophe Alzetto

Ce qui change

jeudi 3 mai 2012

Trois centimètres

Ce qui séduit

mardi 1 mai 2012

D'autres visages

mardi 21 février 2012

Lisière 17

lundi 13 février 2012

Infimes 01-2012

ChrisAlz

Le griffonnage de petits visages féminins inventés est une activité chronique, obsessionnelle, qui m'accompagne depuis l'enfance. Ceux qui connaissent mon travail pictural savent que pour moi, il n'y a pas de visages objectifs, que tout visage est forcément subjectif, que sa représentation instantanée autant que mémorielle, n'est qu'une invention psychique procédant des expériences personnelles et des acquis culturels. Peu de choses sont plus intimes que la représentation, intrinsèquement fantasmatique, d'un visage — et de tous les visages. Aussi mes visages féminins ne sont-ils jamais des portraits au sens commun du terme, quand bien même il leur arrive (parfois) d'être inspirés de personnes.

ChrisAlz

À force de crayonner ces petits visages, tant et tant d'années, ils semblent avoir acquis une vie propre, une capacité à être plausibles dans l'infime, dans le ténu des granulations du papier. Voir à la loupe la trace à priori grossière de la mine de graphite apporte, sans mauvais jeu de mots, une surprise de taille : c'est la finesse et la justesse improbables des détails et des matières, alors que le contrôle de l'outil à cette échelle est des plus limités et qu'à l’œil et sous la main, dans l'effectuation, tout est confus. À une échelle importante et à priori inadaptée (sur l'original, les yeux ci-dessus ne font que 2mm de haut), le visage prend vie au travers de détails dont la pertinence surprend et dont je ne peux pas être complètement l'instigateur. Il n'est pas question d'exactitude morphologique, mais de vraisemblance, comme si la matière était plausible aux confins, d'autant plus vivante que par sa démesure elle quitte et extrapole tout à la fois l'intention du geste et l'intuition de l'image. Ce qui est certain, c'est qu'à nouveau se joue ici le thème de l'intimisme omniprésent dans mes recherches, puisqu'il faut s'approcher au plus intime de la matière pour expérimenter cette définition inattendue.

samedi 14 janvier 2012

Théâtre du merveilleux, Pavillons de Bercy, janvier 2012

Ce qui se relâche ou pas

Visages10-2010, détail

vendredi 13 janvier 2012

Achever

(Prises de vue : Clément Durand. Un grand, très grand merci à lui ainsi qu'à Christophe Vardemme
pour la construction du nouvel atelier. Merci également à Alexis Dagois pour la partie électrique)

mercredi 12 octobre 2011

Salons vénitiens, Pavillons de Bercy, octobre 2011

Christophe Alzetto

jeudi 8 septembre 2011

Se résoudre

ChrisAlz

Visages 10-2010, étapes de l'été 2010

vendredi 29 juillet 2011

Le train de nuit pour Bundi

Jeunes indiennes étudiantes en médecine. Train de nuit d'Udaipur à Bundi. Rajasthan, Inde.
15 décembre 2009. Extrait de carnet de voyage.

mardi 12 juillet 2011

Chaleur (Visages05-2011)

mardi 31 mai 2011

Ce qui résiste ou pas (Visages04-2011)

- page 2 de 8 -